Retour
icon phone 1 800 438 8990 icon quote Soumission

Composés Organiques Volatils (COV)

Barils de produits chimiques contenant des COVs

La présence en concentration trop élevée de COV en milieu de travail peut entraîner une baisse du rendement et de la performance du personnel. Ces sources d’inconfort ont une incidence directe sur le taux d’absentéisme (répercussions sur l’ensemble de la chaîne de production). Les composés organiques volatils (COV) ont un impact direct sur la santé. Plusieurs normes de qualité de l’air ont été établies afin de protéger les humains contre les différents polluants susceptibles de nuire à leur santé. Les symptômes les plus communs sont les maux de tête, les irritations cutanées et les difficultés respiratoires.

Contaminations inorganiques : le contrôle de l’environnement est un incontournable, plus particulièrement pour les industries de l’aéronautique, de l’aérospatiale, de l’électronique et des nanotechnologies, qui ont l’obligation de fabriquer des produits exempts de poussière. Un environnement exempt de poussière permet de maintenir les normes de qualité requises pour ces types de production. Ces contaminants organiques et inorganiques peuvent être détectés à partir de tests d'air.

Les polluants chimiques de l'air sont des gaz, des nanoparticules ou des microparticules provenant d’appareils de combustion, de la fumée de tabac, de produits domestiques et de soins personnels, et de divers matériaux de construction et de meubles pouvant contenir de grandes quantités de composés organiques volatils (COV).

Tests et détection des composés organiques volatils (COV) Le débit d’air présent en milieu intérieur est une superautoroute pour les composés chimiques qui créent des odeurs, de la fumée et des gaz. Cela favorise la propagation de substances chimiques appelées composés organiques volatils (COV); les plus connues sont les produits pétroliers comme les carburants, le formaldéhyde et l’acétone. Ils peuvent se dégager d’autres sources telles que :

  • Aérosols
  • Adhésifs et colles
  • Produits nettoyants
  • Composantes électriques
  • Matériaux de construction
  • Matériaux isolants
  • Solvants et diluants
  • Peintures et vernis
  • Décapants

Comme leur nom l’indique, les composés organiques volatils (COV) se définissent en trois principaux points : ils sont un regroupement de deux ou de plusieurs éléments; ils sont d’origine biologique parce qu’ils renferment du carbone et de l’hydrogène; et, finalement, ils sont considérés comme volatils puisqu’ils s’évaporent à la température ambiante et qu’on peut les vaporiser facilement. Le carbone et l’hydrogène servent à la confection de plusieurs produits chimiques; cela fait en sorte que les COV sont présents dans une vaste étendue de ces produits et qu’il y a plusieurs sources possibles d’émission de COV dans l’air intérieur (à ce sujet, voir la liste ci-dessus).

Plusieurs COV sont reconnus comme étant toxiques, et certains, comme le benzène et le formaldéhyde, ont été identifiés comme étant cancérogènes. Même si l’on n’a pas recensé d’effets nocifs sur la santé pour les autres COV, on demeure tout de même dans l’incertitude quant au risque que pourrait engendrer une longue exposition à ce type de produits chimiques à des taux couramment présents dans les maisons. Bien que l’on s’accorde sur le fait que la plupart des COV comportent peu de risques pour la santé, la vigilance demeure de mise, puisque les effets d’une exposition aux COV diffèrent d’un contexte à l’autre; cela dépend des taux et de la durée d’exposition, et, surtout, de la sensibilité de chaque personne aux différentes substances chimiques. Par mesure de précaution, il est recommandé de réduire, si possible, les taux de COV.

C’est le caractère organique des COV, puisqu’ils sont à base d’hydrocarbures, qui les rend volatils : c’est-à-dire qu’ils s’évaporent et qu’ils se vaporisent à température ambiante. On peut penser, par exemple, à l’essence, un produit pétrolier issu d’une multitude de composés organiques, qui réagit comme tel. On peut penser aussi aux colles constituées de parties d’animaux bouillies (hydrocarbures) qu’on utilise dans la production de produits de bois, des revêtements de sol en vinyle, etc., et qui se vaporisent ou qui produisent des effluves gazeux (dégagement gazeux), et ce, même après avoir durci.

Ce qui rend la compréhension de l’activité des COV plus difficiles est qu’on ne distingue pas l’évaporation de la vaporisation : toutes deux étant considérées comme le changement d’un solide à l’état liquide ou gazeux ou à l’état de vapeur liquide. Pour être plus juste, il faut se référer uniquement à la notion de vaporisation dans les cas de matière émanant d’organisme biologique non transformé par l’humain. D’autres organismes biologiques, comme les moisissures qui diffusent leurs spores dans l’air ambiant, les matières fécales des acariens, la poussière, ont la capacité de vaporiser des protéines nuisibles qui affectent la muqueuse des poumons. Ces derniers jouent un rôle important dans la pollution de l’environnement intérieur avec des émissions parfois bénignes, mais le plus souvent dangereuses pour la santé, et ce, à court ou à long terme. Une exposition à court termine survient au moment de l'application des produits. Cela peut engendrer des nausées, étourdissements, des réactions allergiques ou de l'irritation au niveau des yeux, de la peau et des voies respiratoires.

Vue au microscope de COV contenu dans les solvents

Une exposition à long terme, quant à elle, peut entrainer de l'hypersensibilité et parfois même le cancer. Certains COV sont plus dangereux que d'autres, par exemple les BTEX

  • Benzène : infection de la moelle osseuse, leucémie et dépression du système nerveux;
  • Toluène : maux de tête, nausées, étourdissement et dépression du système nerveux;
  • Ethylbenzène : vertige, maux de tête, étourdissement et dépression du système nerveux
  • Xylènes : nausées, fatigue, étourdissements, problèmes aux reins et au foie.

Ces quatre (4) COV sont retrouvés principalement dans des produits créés à base de pétrole comme les adhésifs, les diluants, les solvants, les décapants, les vernis, la peinture et la teinture. Afin de prévenir une exposition au COV, il est possible de penser à utiliser des produits ménagers beaucoup moins toxiques et donc plus écologiques. Sinon, s'assurer que l'entreposage des produits est conforme et assurez-vous de prendre les bonnes précautions lorsque vous les utilisez.

Composés organiques volatils (test de base identifiant plus de 30 composantes)

  • 1,1-dichloroéthène
  • Dichlorométhane
  • 1,2-dichloroéthène (trans)
  • 1,1-dichloroéthane
  • 1,2-Dichloroéthène (cis)
  • Chloroforme
  • 1,1,1-trichloroéthane
  • Tétrachlorure de carbone
  • Benzène
  • 1,2-dichloroéthane
  • Trichloroéthène
  • 1,2-dichloropropane
  • Bromodichlorométhane
  • 1,3-dichloropropène (cis)
  • Toluène
  • 1,3-dichloropropène (trans)
  • 1,1,2-trichloroéthane
  • 1,3-dichloropropane
  • Tétrachloroéthène
  • Dibromochlorométhane
  • Chlorobenzène
  • Éthylbenzène
  • m+p Xylènes
  • Xylène
  • Styrène
  • Bromoforme
  • 1,3,5-triméthylbenzène
  • 1,2,4-Triméthylbenzène
  • 1,3-dichlorobenzène
  • 1,4-dichlorobenzène
  • Sommation des xylènes
  • 1,1,2,2-Tétrachloroéthane
  • Sommation des 1,2-dichloroéthène (t+c)
  • Sommation des 1,3-dichloropropène (t+c)