Retour

Allergènes

Allergènes dans l'environnement intérieur

Image d'acariens

Les acariens sont des microscopiques et ils font partie dans la classe des arthropodes. Ils préfèrent les environnements chauds et humides. Ils sont présents, parfois par millions, dans l'environnement intérieur des maisons et ils représentent le principal allergène retrouvé dans la poussière. On les retrouve en grande quantité aux endroits où les occupants passent la plus grande partie de leur temps. On les retrouve sur les matelas, les tapis, les peluches... Les acariens se nourrissent des particules de peaux mortes qui tombent dans l'environnement. Leurs matières fécales comportent des protéines allergènes produites par deux types d'acariens soit les Dermatophagoides pteronissinus (Der p) et les Dermatophagoides farinae (Der f). Pour la plupart des individus, ces protéines ne sont pas un problème. Par contre, chez les personnes allergiques, ils peuvent entrainer des réactions allergiques qui peuvent devenir très dérangeantes pour l'occupant. S’ils ne mordent pas et ne causent pas de réaction cutanée, les acariens peuvent en revanche provoquer une rhinite allergique, de l’asthme, une conjonctivite allergique et une sinusite chronique. Les symptômes peuvent être présents toute l'année ou plus particulièrement à l'automne et durant l'hiver. On dénote que 44 % des allergies sont provoqués par des acariens, ils sont donc la deuxième cause d'allergies avec la poussière après celles aux pollens.

Les protéines allergènes des acariens peuvent se retrouver dans l'air de la maison lorsqu'on provoque leur soulèvement. Par exemple, lorsqu'on passe la balayeuse ou lorsqu'on secoue les tapis. Par contre, les allergènes demeurent temporairement dans l'air puis se redépose. Une habitation dont l'humidité relative est de 50 % et plus favorise la prolifération des acariens. Les femelles acariens peuvent pondre entre 25 et 50 œufs tous les 3 semaines. La quantité d'acariens présents dans l'environnement va être déterminante pour les individus allergiques. Plusieurs actions peuvent être posées afin de diminuer leur présence dans la maison.

  • Aérer régulièrement la maison et maintenir la température entre 18 et 20 degrés Celsius;
  • Éliminer les tapis et nettoyer régulièrement les planchers;
  • Acheter des housses de protection contre les acariens. Les couettes en synthétiques sont préférable à celles faites en plumes puisqu'elles sont lavables facilement. S'assurer de nettoyer la literie aux 2 semaines à 60 degrés Celsius;
  • Choisissez des oreillers de type anti asthmatique (lavable). Les laver tous les mois;
  • Chez les enfants, limitez le nombre de peluches et lavez-les régulièrement à 60 degrés Celsius (si la peluche ne peut être lavée, elle peut être mise au congélateur dans un sac de plastique pendant quelques heures);
  • Évitez les rideaux en tissus;
  • Passer l'aspirateur une fois par semaine. Idéalement, avoir un aspirateur HEPA;

Les animaux domestiques

Tous les animaux à sang chaud (oiseaux inclus) peuvent avoir un potentiel à entraîner des réactions allergiques chez certains individus. On retrouve des protéines allergènes sur leur peau, leur poil, dans leur urine et leur salive. Selon l'individu, quelques minutes après le contact animal, peuvent apparaître des écoulements nasaux, de la rougeur dans les yeux, de la toux ou des signes cutanés (eczéma, urticaire). Chez certaines personnes, les réactions allergiques peuvent être plus graves (crise d'asthme).

Le meilleur moyen d'éviter les réactions allergiques chez les personnes concernées est de ne pas avoir d'animaux à la maison. Après le retrait de l'animal en questions, il faut attendre en moyenne cinq (5) à six (6) mois avant de voir disparaitre toutes traces d'allergènes dans l'habitation. Lorsqu'il est impossible de retirer l'animal de l'environnement, il est possible d'adopter des mesures préventives. Par contre, les individus s'exposent à une augmentation des risques d'être asthmatique à long terme.

  • Installer un purificateur d'air avec filtre HEPA;
  • Ne donnez pas accès à l'animal à la chambre;
  • Ne pas admettre d’animaux sur les divans
  • Se laver les mains après un contact avec l'animal;
  • Laver les chats une (1) fois par semaine;
  • Laver les chiens deux (2) fois par semaine.

Voici un tableau des différentes protéines allergènes produites selon l'animal et qui peuvent être détectées avec une analyse en laboratoire.

Toute personne ayant un système immunitaire affaibli ne devrait pas, par mesure de prudence, être exposée à la présence d’animaux domestiques, ceux-ci ayant un potentiel allergène et/ou irritant (poils et plumes). De plus, les selles et les urines des animaux ont un grand potentiel de production bactérienne. Ceci s’applique aux félins, aux canins, aux rongeurs et aux oiseaux.

Les coquerelles (blattes)

Les blattes sont des insectes qui aiment la noirceur, la chaleur et l'humidité. On les retrouve souvent dans les cuisines et les salles de bains. Elles sont également responsables d'une augmentation des allergies respiratoires. Chez les individus qui sont allergiques, les réactions allergiques peuvent se manifester par des rhinites et des crises d'asthme. Il est important de faire décontaminer le logement par des spécialistes lorsqu'on trouve des coquerelles dans l'habitation. Pour prévenir l'apparition de blattes dans l'environnement intérieur, des mesures de présentations peuvent être appliquées.

  • Maintenir l'environnement propre et sain;
  • Désinfecter les planchers et les placards régulièrement;
  • Utiliser des poubelles fermées avec des sacs de plastique;
  • Conserver les aliments dans des contenants hermétiques;
  • Éviter de laisser des restes de nourriture sur les comptoirs de cuisine ou sur la table à manger;

Les analyses en laboratoire permettent de détecter la présence de la protéine Bla g1 produite par Blatella germanica. Ces particules allergènes sont présentes dans les excréments, la salive, les corps et les exuvies des coquerelles. Ces allergènes peuvent se retrouver dans l'air d'une maison lorsqu'il y a une infestation chronique ou même occasionnelle.